vendredi 28 décembre 2007

Les fêtes...

Et je suis encore vivante !


J'ai passé deux jours à bricoler dans mon appart. Comme il est tout petit et très plein, dès qu'on veut rajouter un portemanteau c'est le bordel partout, je passe plus de temps à ranger qu'à percer ou à visser, mais bon...


Maintenant j'ai un gros rideau qui coupe les courants d'air de ma porte d'entrée, c'est cool. J'ai aussi réussi à accrocher un grand miroir au mur avec ces espèces de petits clous recourbés impossibles à tenir en place sans se taper sur les doigts avec le marteau, etc etc.

Sinon, pour Noël on a fait un petit tour du côté du parc du Marquenterre. C'est très joli, même en hiver. Et même avec ma cousine de 14 ans qui râlait tout ce qu'elle pouvait parce qu'elle avait mal aux pieds mais qui pour rien au monde, grands dieux ! aurait échangé ses converses avec les bottes fourrées de ma mère pourtant si gentiment proposées. J'avais oublié, ça fait plus de dix ans que je n'ai plus quatorze ans...

Dans le parc du Marquenterre il y a des oiseaux, surtout des trucs qui ressemblent à des canards ou à des oies. J'ai particulièrement apprécié les "Foulques macroule", des sortes de gros poussins noirs vraiment pas très élégants et qui dérapaient sur les lacs gelés avec leurs grosses pattes en dandinant des fesses... Je me suis bien foutue d'eux.


Dans le parc du Marquenterre, on peut trouver aussi un ornithologue, nommé (je l'ai appris sur le site) Philippe Carrette, très gentil et très dispo, qui doit connaître tous les raccourcis (à moins qu'il ne navigue par oie expresse...) car tu peux tomber dessus au détour de tous les sentiers, confortablement installé derrière sa longue-vue, alors que tu viens de lui parler devant le nid de cigognes, à 300 mètres derrière toi...
Il se promène fréquemment avec des canards dans les mains et des cadavres d'animaux dans les poches (par contre, je ne sais pas ce qu'il fait de sa longue vue lorsqu'il ne l'utilise pas...).
Il m'a appris que si on voulait se faire tenir tranquille un canard lorsqu'on le portait, il fallait lui appuyer sur le dos, à la racine des ailes. C'est un réflexe de survie : lorsqu'un prédateur lui tombe dessus (sur le dos, donc), il fait le mort pour tromper l'appétit du prédateur qui n'est pas charognard. J'y penserai la prochaine fois.

Il m'a montré aussi un cadavre de martin-pêcheur, un tout petit oiseau avec de très belles couleurs.

(Photo Dimitri Crickillon©)
Il a soufflé sur les plumes pour me montrer que la bête n'avait plus que la peau sur les os. Il racontait qu'avec le froid, il passait sa journée à ramasser les cadavres des oiseaux. Il m'a expliqué que lors des hivers chauds, les oiseaux remontaient vers le nord, pour conquérir de nouveaux territoires, mais lorsque les hivers étaient froids, ils ne pensaient pas à redescendre vers le sud et mourraient sur place...
Lorsqu'on a continué notre route, sous les gémissements de ma cousine qui avait toujours aussi froid aux pieds, on est tombés au bout de quelques virages sur le cadavre du martin-pêcheur que l'on venait d'étudier. Pas de doute, Philippe Carrette est passé par ici. Je ramasse la bête et je me mets à poursuivre l'ornithologue dans tout le parc pour lui rendre ce qui lui appartient. Le cadavre de l'oiseau est tout doux, je le serre dans une main pour pouvoir courir plus à l'aise, en lui maintenant la tête entre le pouce et l'index, car elle bringueballe comme s'il avait le cou brisé... Je retrouve enfin le mystérieux personnage qui me remercie, engouffre le martin-pêcheur dans une de ses gigantesques poches, je brûle de savoir ce qu'elles peuvent bien contenir d'autre, mais il est déjà parti...

Sinon, j'ai appris à ouvrir des huîtres. Repas traditionnel à Noël chez nous, ç'a toujours été une affaire d'homme que de les ouvrir. Mais moi je n'ai pas toujours d'ouvreur d'huîtres sous la main et mieux vaut prévenir que de me retrouver un jour seule avec une douzaine d'huîtres à ouvrir avec un silex. En fait, c'est pas si dur que ça, et j'ai l'impression d'avoir grandi. Un pas vers l'indépendance ! Un petit pas pour l'humanité, un grand pas pour moi...

Et puis aussi, la famille m'a offert une mini-chaîne pour remplacer mon vieux poste. Je l'ai descendu à la cave, un crève coeur. On en a traversé des choses, ensemble... Quelqu'un se souvient ici de l'émission Le Monde de Monsieur Fred, qui passait tard le soir sur Ouï-fm ? Ensemble, nous avons écouté aussi mon premier cd, à savoir "Du ciment sous les plaines" de Noir Désir,
qui commence par un très introductif "Allwright !", un album qui est toujours mon préféré de la discographie du groupe, et que je persiste à appeler l'"album orange", même après les multiples tentatives de Xuc pour me prouver qu'il était rouge. Mais les goûts et les couleurs...
Bref, j'aimais ce poste, mais il ne lisait plus les cds...
D'où la nouvelle chaîne. Du coup, je profite de ces journées de solitude dans mon appart pour me réécouter en douce de vieux cd pas ressortis depuis des années, comme ce bon vieux Iron Maiden
qui n'a jamais fait de mal à personne... Ou, n'ayons pas peur du coq à l'âne, le kitschissime "Mariano chante le pays basque" que je connais par coeur et dont je chante les refrains à tue-tête en sciant mes barres de penderie...
Cette mini-chaîne a beaucoup de qualités : elle rentre pile-poil sur mon étagère, elle est neuve (ça, je sais pas si c'est une qualité...), on peut préenregistrer plein de stations radio, et tu peux la débrancher, les stations restent en mémoire, elle a une entrée lecture USB et carte-mémoire, mais, mais ? Elle n'a pas de lecteur cassette.
J'ai une petite centaine de cassettes audio que je ne pourrais plus écouter... Ce que c'est que le progrès tout de même... Alors je me suis lancée dans la numérisation de cassettes audio (pour les graver sur cd). Ca se fait sous Audacity et c'est très facile. Pour ceux que ça intéresse, je détaillerai la manière de procéder.
Mais en fait si je vous parle de ça, c'est pour lancer un appel (je pense que d'autres suivront, c'est obligé !). Je me suis trouvée face à face avec une cassette intitulée "Radiohead en concert pour Amnesty International". J'ai cherché sur internet la "tracklist" parce que j'aime bien que mes pistes aient un nom, mais je n'ai pas trouvé trace de ce concert. Enfin si, le concert de soutien oui, mais Radiohead n'y aurait joué que deux ou trois chansons, alors que là j'en ai une cassette pleine. Les radioheadistes qui lisent ce blog, et je sais qu'ils sont quelques uns ! pourraient-ils m'expliquer et aussi m'envoyer la liste des chansons, ça serait super, et ça ferait comme une sorte de récompense pour moi de vous avoir écrit ce long message au lieu de bouquiner sous ma couette...

(Comment ça "raconter sa vie c'est facile moi aussi je peux le faire" ?!!)


9 commentaires:

Fried a dit…

Si c'est bien celui que j'ai, ça donne:
1. Lucky
2. Karma police
3. Exit music
4. Talk show host
5. My iron lung
6. No surprises
7. Fake plastic trees
8. Bones
9. Paranoid android
10. Street spirit
11. You
12. Prove yourself
13. Planet telex
14. Bullet proof
15. Creep
16. My iron lung (encore, mais c'est pasque y'a deux lives à la suite)

louise miches a dit…

C'était bien celui-là merci ! Finalement pour certains trucs on peut compter sur toi... !
Et le titre de l'album, c'est bien Radiohead en concert pour Amnesty International ?
Donc, ils auraient réussi à caser deux lives en un seul concert ?
Quel groupe...

augenblick a dit…

;))
Bon, alors, tu tiens l'album orange entre les deux ailes pour qu'il cesse de s'agiter, tu regardes Xuc du fond du radiocassettes et tu dis : l'album est vermillon. A mon avis, ça devrait vous mettre d'accord.

louise miches a dit…

Augenblick a choisi de ne pas dessaouler entre Noel et le jour de l'an...
C'est une bonne technique !
Bonnes fêtes à tous

Blog_trotter a dit…

Plus qu'un jour à tenir.
Plein de joies et de sourires d'ici là.

augenblick a dit…

Aujourd'hui, ça sera soupe ; le retsine d'hier était de trop :)

Je te souhaite, chère miche, de longues et magnifiques années.

louise miches a dit…

Bhoff... tu sais, j'ai 25 ans, mes miches n'en ont plus pour longtemps à être "magnifiques"...
Et en plus j'ai le cafard LE CAFARD LE CAFARD, alors la perspective de vivre encore de longues années, pfiou... j'ai la flemme.
Mais vos voeux partaient d'un bon sentiment, alors c'est chaud comme un bon thé en début de soirée d'hiver, ça vous nappe la bouche comme un gros vin rouge après du camembert et ça descend dans les tripes comme une lampée de whisky.
Merci !

Blog-trotter a dit…

Madame magnifiques miches, le cafard n'est que peu remboursé. De plus il a été franchisé par Nicolas Bruni.
Je préconise une bonne nuit et de compter les moutons de panurge. Un bisou pour la route.

augenblick a dit…

Bisou pour la route aussi, qu'elle soit tienne.