lundi 2 avril 2012

Tout le rugby que j’aime…

C’est le rugby fluide et un peu aérien (pas trop, hein, l’échange de chandelles au bout de quatre ou cinq tours c’est chiant), c’est le rugby des arrières, ces beaux gosses qui traversent la moitié du terrain cheveux au vent quand ils ne sont pas occupés à faire des clins d’œil en tribune. Ce sont les demis aussi, petits sales gosses mais rigolos et malins.
Mais ça ne m’empêche pas de goûter avec plaisir, au bureau et à l’heure du déjeuner (je ne crains vraiment rien ni personne) le petit humour sanglant et improbable de la Boucherie Ovalie, leur adulation des « gros » et des tarés de seconde ligne, ainsi que des coups bas dans les rucks (ça va souvent ensemble).