dimanche 18 novembre 2007

Il faut bien vivre avec son temps...

Alors je me suis dit que je ne pouvais pas mourir sans avoir vu une saison de "24 heures chrono".
On m'avait prévenue que Jack Bauer n'était pas passé aux 35 heures, mais j'en suis sortie épuisée rien qu'à regarder la série.
Vous connaissez le topo : le héros sauve l'Amérique en une journée. 24 h donc, top chrono.
Cette fois-ci, le superflic devait éradiquer la menace d'un terroriste qui répand un virus qui tue ultrarapidement et qui est extrêmement contagieux.
Pour cela il a dû : faire évader son pire ennemi de prison et faire ami-ami avec lui ; décrocher de sa dépendance à l'héroïne ; rouler une pelle à l'affreuse méchante qui a tué sa femme ; faire un petit aller-retour au Mexique et se rendre en divers endroits des Etats-Unis ; tuer son collègue et ami (sur ordre du Président, qui obéissait aux ordres du terroriste, le lâche !) ; couper la main de son gendre ; mettre diverses beignes à ses collègues qui pétaient les plombs ; dire au moins 250 fois "Monsieur le Président" au téléphone... (j'en oublie sûrement, et je vous passe les histoires annexes)
Et tout ça bien sûr sans dormir, sans manger ni boire, et sans aller pisser... Ah si ! Au 24° épisode, il se sirote un petit café. Il devait se sentir en légère baisse de régime.

Aurais-je trouvé pire que NCIS ?

4 commentaires:

jay a dit…

Certes 24 n'est pas la plus fine et délicate des séries. Mais outre le fait que tu aies visiblement commencé par la saison 2, on regarde pas Jack Bauer en espérant qu'il philosophe sur l'indolence de l'indéterminisme ou qu'il parle de sa plantation de crocus.

Alors oui, c'est plein de panpan et de bang bang, ça dégouline de patriotisme et c'est pas crédible pour un sou.

Mais il arrive que le cerveau (enfin en tout cas le mien), n'en demande étrangement pas plus. Voilà pourquoi je regarde 24.

Oula... je viens de défendre une série sur la DNAT américaine. Mais ça va pas du tout, moi...

jay a dit…

Certes 24 n'est pas la plus fine et délicate des séries. Mais outre le fait que tu aies visiblement commencé par la saison 2, on regarde pas Jack Bauer en espérant qu'il philosophe sur l'indolence de l'indéterminisme ou qu'il parle de sa plantation de crocus.

Alors oui, c'est plein de panpan et de bang bang, ça dégouline de patriotisme et c'est pas crédible pour un sou.

Mais il arrive que le cerveau (enfin en tout cas le mien), n'en demande étrangement pas plus. Voilà pourquoi je regarde 24.

Oula... je viens de défendre une série sur la DNAT américaine. Mais ça va pas du tout, moi...

louise miches a dit…

En plus tu l'as défendu en double, spameur !!

(et c'était la saison 3)

Je ne m'attendais pas non plus à quelque chose de très profond, mais une telle collection de clichés, ça méritait d'être salué. D'ailleurs je poursuis ma réflexion comparative.

Et puis ce qu'il faut lire derrière mes critiques et mes sarcasmes, c'est surtout qu'au final, ces séries, je les regarde...

Fried a dit…

Attends, attends, t'as bien dit "Pire que NCIS" ?!

PIRE QUE NCIS ??!!