lundi 14 janvier 2008

Qui a tué Gérard Lebovici ?

Question fondamentale, qui me taraude en ce début d'après-midi...
Et non, après recherches fouillées, ce n'est pas Christopher Llyod AKA Le Juge DeMort qui voulait sa peau.



Qui était Gérard Lebovici ? Producteur, impresario et éditeur : un empereur dans le monde du cinéma et des lettres des années 1960 et 1970. Il est le fondateur des éditions Champ Libre, de la société de production A.A.A. et de l'Agence Artmédia (écurie des Deneuve, Belmondo, etc.)

Il est célèbre aussi pour avoir été le "mécène" mais surtout l'ami (c'est à dire aussi l'ennemi) de Guy Debord. Les allumés s'attirent... Champ Libre republie La Société du spectacle, Lebovici produit tous les films de Debord et si ça ce n'est pas une preuve de la folie de Lebovici, notons qu'il a aussi acheté une salle de cinéma à Paris qui ne projette QUE les films de Debord, et ce en permanence.
(non, sérieux, allez jeter un coup d'oeil sur ces films, vous comprendrez mieux ce que je veux dire par "allumés")
Au début considéré comme un "modéré", pour son soutien à Mendès-France en 1965, Lebovici s'encanaille au contact de Debord et semble développer une fascination pour les extrêmes-gauches révolutionnaires type Brigades Rouges ou pour les individus infréquentables et magnifiques (Debord ou Mesrine).

Bref, pour résumer les faits, le 5 mars 1984, Lebovici est retrouvé assassiné dans sa bagnole. A son bureau, il reçoit un coup de fil d'un correspondant mystérieux, qui se réclame d'une certaine Sabrina (qui pourrait être la fille de Jacques Mesrine, que Lebovici a pris son sous aile). Il griffonne sur un papier : "François rue Vernet 18h45", et personne ne le reverra vivant. A part le meurtrier mystérieux, bien sûr. Qui pourrait bien être une meurtrière, ah ah... Parce que l'arme utilisée, calibre .22, est soi-disant une "arme de femme". On retrouve le portefeuille de Lebovici dans sa poche, sans ses papiers, mais avec une grosse somme d'argent en liquide.
J'aurais bien aimé vivre ces années-là, rien que pour acheter "Détective magazine" et me marrer à la lecture des hypothèses farfelues et fausses enquêtes. Parce que là, rien que par googlisation, on rigole bien. Je récapitule les différentes explications :

- Lebovici, qui fréquentait les gens de la haute, aurait été détenteur d'un secret d'Etat (une maîtresse de Mitterrand dans le monde du spectacle ?) qu'il aurait fallu absolument préserver. La DGSE, qui a bon dos et ne crache pas dans la soupe (remember Rainbow Warrior) l'a sans aucun doute abattu...

- Or non, car Lebovici fréquentait des personnes encore plus sulfureuses... Guy Debord par exemple, ce révolutionnaire illuminé qui ne rechignerait pas à... Oh, pardon, Debord a effectivement été accusé de ce crime, mais il a été innocenté par la justice (et a publié aussi à cette occasion ses Considérations sur l'assassinat de Gérard Lebovici). Bon, alors il nous reste la RAF et les Brigades Rouges. Voire Action Directe, il y avait des femmes dans AD, non ? Nathalie Menigon ? Lassée de l'arrogance de ce millionnaire qui se croit ami des amis du peuple, une expédition punitive s'imposait.

- En parlant de personnes sulfureuses, n'oublions pas Jacques Mesrine qui est le commanditaire idéal. D'abord, la somme d'argent en liquide prouve bien que ce n'était pas un crime commis pour la thune. Et l'absence de papiers d'identité est le signe que quelqu'un a été engagé pour ce boulot (le meurtrier a pu ainsi rapporter à son patron la preuve qu'il avait bien abattu le gars et ainsi empocher son salaire). Et d'ailleurs, mais oui ! Mesrine avait pour complice François Besse, une petite frappe que les services secrets considèrent comme incapable d'un tel crime, mais bon, les services secrets français, hein ? ils sont toujours les derniers informés tout le monde le sait. François Besse ? Bon sang, mais c'est bien sûr ! Sur le papier trouvé dans la poche du mort, le nom de François était griffonné. On a notre coupable.

- Ou peut-être pas... Le mystérieux correspondant qui a attiré Lebovici dans le rendez-vous fatal s'est réclamé de Sabrina. Et si c'était vrai ? Et si c'était la fille de Mesrine la coupable, la commanditaire ? Elle avait enfin réussi à se débarrasser de son père, à elle la belle vie ? Et voilà que ce vieux pourri gâté en pleine crise de la quarantaine s'est mis dans la tête de la parrainer. Elle a gardé quelques contacts utiles, et... Minute ! Une 22, une arme de femme ? Ne cherchons pas plus loin. Elle a tenu à faire elle-même le coup.

- Toutes ces hypothèses sont bien belles, mais n'oublions pas que Lebovici était un grand adepte des salles de jeux clandestines et enfumées, des bordels ou autres bars à putes.
(Il faut avoir vu Belle de jour pour comprendre ce que fait cette photo ici...)
Il a pu contracter une dette qu'il n'a pas remboursé, et hop ! Eh si, vous savez les enfants, dans ces milieux malfrats, c'est comme ça que ça se passe... Et la forte somme d'argent retrouvée sur lui était destinée à rembourser cette dette. Malheureusement, il n'en aura pas eu le temps. Il a du perdre contre plus fort que lui...

- Évidement que tout cela sent le crime mafieux. D'ailleurs, Lebovici a été proprement exécuté de quatre balles dans la nuque, disposées en forme de carré. Trois douilles gisaient au sol, la quatrième était posée debout sur la lunette arrière. Et ça, comme tout le monde le sait (n'est-ce pas ?) c'est LA signature de la mafia. Laquelle ? Celle du blanchiment d'argent, of course ! A l'époque, le marché de la location de cassettes vidéos explose. La mafia y voit un filon bien juteux, et elle se lance là-dedans, en négociant les droits des films bien au-dessous de leur valeur, moyennant une enveloppe bien épaisse pour le producteur véreux. Lebovici a dû forcément tremper là-dedans. Avant qu'il ne dénonce ce système, ce témoin gênant a été proprement exécuté.

Voilà en résumé ce que j'ai pu glaner ici et là sur le web comme hypothèses. Fascinant, non ?

Eh bien, moi, je vais en rajouter encore au buzz et je vais vous dire qui a tué Gérald Lebovici. Il s'agit d'Henri Lefebvre.
En effet ce dernier, lassé des insultes mordantes des situs dont il est la cible privilégiée (et croyez moi qui ait lu les 12 numéros de L'Internationale situationniste, ils s'y connaissent en insultes !), aura voulu atteindre Guy Debord par le biais du meurtre de son ami et mécène, pour faire taire l'auteur de La Société du spectacle à jamais. Lebovici mort, qui voudra produire un film de Debord ou publier un de ses bouquins ? Il est d'ailleurs étrange à ce propos que ce n'est que pour cette accusation de meurtre que Debord acceptera de se compromettre avec la justice bourgeoise et porter plainte pour diffamation...
Et hop ! un mystère de l'histoire élucidée ! Merci moi-même.

Quand je travaillais encore sur ma thèse, j'avais croisé aussi l'assassinat mystérieux de Pierre Goldman... Marrant comme ce genre d'affaires peut déclencher comme fantasmes, publications etc. Ça doit certainement titiller le Club des Cinq qui sommeille en nous. Et surtout en moi, qui en ait avalé au kilomètre quand j'étais jeune.
Heureusement que le Quid est là pour me proposer nombre d'affaires pas encore élucidées que je vais certainement résoudre brillamment dans des posts à venir...

14 commentaires:

Blog-trotter a dit…

Sourire. Z'êtes très mignonne en enquêtrice...

ben a dit…

Quand on lit l'accumulation de conneries que vous débitez sur Debord et Lebovici, on se demande bien comment vous avez pu soutenir une thèse. A moins que vous ne souhaitiez concurrencer en débilité "le journal du dimanche" ou "paris-match" ?

louise miches a dit…

Le Journal du dimanche et Paris Match ?
Fi ! Enterrés !
Je suis capable de bien pire qu'eux, Ben... Ne pas sous-estimer ma débilité ! La preuve dans ma thèse à venir...

Xuc a dit…

Pauvre Ben, tu n'es vraiment pas très sympa et, chère Louise, je suis heureux de constater que le train de ses insultes roule sur les rails de ton indifférence.

louise miches a dit…

Ouaip. Peut-être que Ben baise les ménagères ? C'est bien, il a le cul qui brille ! mais c'est pas ça qu'on appelle la classe...

louise miches a dit…

(cela dit, si quiconque connaît un bouquin sur Lebovici, intéressant et surtout un peu plus sérieux que ce que j'ai pu trouver ici et là sur internet, je suis preneuse !)

Anonyme a dit…

Que deviennent Sabrina M. et François B.?

fred a dit…

hello !
Pour info, je viens de trouver ça:

"L’A.F.P. précise dans un communiqué du lendemain, 8 mars : «M. Gérard Lebovici, le producteur de cinéma retrouvé tué de deux balles dans la tête mercredi matin dans un parking public de l’avenue Foch à Paris..."
sur Le Jura Libertaire.

Anonyme a dit…

Louise dit:

(cela dit, si quiconque connaît un bouquin sur Lebovici, intéressant et surtout un peu plus sérieux que ce que j'ai pu trouver ici et là sur internet, je suis preneuse !)

Je suis assez d'accord avec Ben car tu dis toi-même que tu n'as cherché que sur Internet, or il me semble que si tu fais une thèse, tu devrais quand même t'armer d'informations d'une part plus précises et d'autre part plus justes! Les archives par exemple, les livres pourquoi pas?
Ce n'est pas pour rien qu'un journaliste du Monde, Jean-Luc Douin a écrit "Les jours obscurs de Gérard Lebovinci"...

Tu devrais peut-être également ajouter du conditionnel ou carrément préciser d'emblée que tes post ne relèvent que de ton imagination (ou de ton amour pour Paris Match) car quand on tape "Gérard Lebovinci" sur un moteur de recherches, tu apparais en troisième position, on peut donc espérer une information plus sérieuse...

J'espère seulement que tu ne veux pas devenir journaliste... Et désolée si je suis méchante mais ça m'embête un peu qu'on s'en prenne à Ben alors qu'il met le doigt là où ça fait mal. On parle quand même de Debord et de Lebovinci et non de la mort d'Anna-Nicole Smith.

louise miches a dit…

Ouh la la, cher Anonyme, respirez un bon coup ! Si je ne suis pas responsable de mon classement sur les moteurs de recherche, en revanche, je maintiens ce que j'ai écris dans le post vous incriminez :

"J'aurais bien aimé vivre ces années-là, rien que pour acheter "Détective magazine" et me marrer à la lecture des hypothèses farfelues et fausses enquêtes. Parce que là, rien que par googlisation, on rigole bien. Je récapitule les différentes explications :"

Si vous voulez une enquête sérieuse, regardez vous-même en bibliothèque ou descendez dans les archives : ce post est une déconnade.
Merci !

lannevere jean charles a dit…

Belle jeunesse FAIT devant toi et casse pas les couilles a ceux qui sont tombés. Avec ultime et sincère. Amicalement petraucore

Anonyme a dit…

Il est tué par mafia russe.

Anonyme a dit…

non, c'était les ukrainiens sionisto-stalino-franc maçon-juifs anglo-américains de l'empire.

Anonyme a dit…

Je me suis bien régalé en vous lisant ! Coïncidence, cet après midi,je suis allé à la librairie des éditions Ivréa sise 27 rue du Sommerard Paris 5 ème, pour me délecter à la lecture de "Tout sur le personnage" de feu Gérard LEBOVICI. Sinon, vous avez le livre de Jean-Luc DOUIN "Les jours obscurs de Gérard LEBOVICI", édité chez Stock. Je me plonge de ce pas dans l'aventure...Cordialement.