mercredi 24 septembre 2008

Faire ses sushis soi-même

C'est facile, pas cher, et inratable grâce à la recette du Chef Miches.

Je me souviendrai toujours de la première fois que j'ai goûté des sushis. Je venais de m'installer dans mon appart parisien, je n'avais pas encore l'électricité, pas d'évier, une douche pour la vaisselle (mais pas d'eau chaude), et comme le parquet n'était pas encore fait je dormais dans ma cuisine sur un matelas en mousse au milieu de mes cartons... Et je bossais quand même ma thèse, à la lueur des bougies...
Bref, à cette époque je faisais très peu la cuisine, j'allais manger chez les autres en général, ou j'achetais des plats tout faits. Je me suis même pris un hamburger une fois (une !). Le goût dégueulasse m'est resté dans la bouche jusqu'au matin.
En revanche, le soir où je me suis acheté des sushis, j'ai trouvé ça tellement bon que je me suis dit que je n'aurais plus jamais envie de manger autre chose...
Bref, on est d'accord, les sushis c'est bon, mais ça revient quand même un peu cher, quand on a décidé de ne manger plus que cela... Alors qu'en fait, quand on les fait soi-même, ça doit revenir à 6 euros pour une vingtaine de sushis (soit deux personnes), à vue de nez.

'Alors, elle vient cette recette ?' me crie-t-on dans le fond de la salle...

Voilà, voilà :
Pour 20 sushis :

Un verre de riz rond, japonais de préférence, sinon le riz court qu'on utilise pour des trucs immonde genre "riz au lait"
Deux pavés de saumon
Du vinaigre d'alcool (le vinaigre transparent)
un peu de sucre, un peu de sel
une noix de wasabi (raifort). Facultatif.

Bon, les étapes de la recette qu'il ne faut pas louper c'est la cuisson du riz. Il faut qu'il soit bien collant.
Tout d'abord, il faut laver très soigneusement le riz. Vous le recouvrez d'eau, vous le malaxez, l'eau devient blanche, vous changez d'eau, vous malaxez, elle devient blanche, etc. Jusqu'à ce que l'eau soit à peu près claire. Videz toute l'eau.
Mettez le riz dans votre casserole, rajoutez un verre et demi d'eau, portez à ébullition à couvert.
Une fois que ça bout, baissez le feu et laissez cuire 15 min, toujours à couvert.
Au bout de 15 min, on sort la casserole du feu, on la recouvre d'un torchon (propre, hein ?) et on remet le couvercle par-dessus le torchon (attention à ne pas laisser traîner les bords du torchon sur la plaque chaude...). On va laisser reposer le riz 30 minutes.
Sur la plaque encore chaude, on met 5 cuillères à soupe de vinaigre d'alcool, une cuillère à café de sucre et une pincée de sel. On touille jusqu'à ce que le sucre soit dissout. C'est très rapide. On sort le vinaigre du feu.
Bon, en attendant que la demi-heure de repos syndical du riz soit écoulé, on va faire autre chose.
Au bout de 30 min, on revient dans la cuisine, on étale le riz dans une grande assiette. On verse le vinaigre dessus.
En soufflant dessus pour le faire refroidir (le riz, pas le vinaigre), on va délicatement le remuer (avec ce que vous voulez : fourchette, baguette, cuillère...) pour bien qu'il refroidisse partout partout. On fait ça deux ou trois fois.
Et on va ensuite s'attaquer au saumon.
Bon, là vous pouvez sauter des lignes, car j'ai complètement foiré mon découpage de saumon. Mais bref, en gros le principe, c'est de faire des lamelles de saumon. Et ce n'est pas grave si elles n'ont pas la même taille. Les chutes inutilisables, gardez-les, ça fera des sashimis. Et pendant que vous découpez votre saumon, allez remuer et souffler de temps en temps sur votre riz.
Normalement, une fois la découpe du saumon finie, le riz doit être à peu près tiède. On peut donc s'attaquer à la formation de sushis.
Remplissez un bol d'eau et gardez-le à proximité sur la table. Humidifiez-vous assez largement les mains. Prenez une lamelle de saumon, tartinez-la très légèrement de wasabi si vous voulez (c'est très fort comme condiment). Ensuite, prenez du riz pour former une boulette. Vous allez bien évidemment, car vous n'êtes pas stupides, former une boulette d'une taille adéquate avec celle de la lamelle de saumon...
Normalement, si vous avez les mains humides, le riz ne collera pas à votre paume. Vous pourrez donc loger le riz dans votre paume gauche (je suis droitière), replier légèrement la main, former la boulette avec les doigts (humides, les doigts, humides !) de la main droite. Prenez ensuite votre lamelle de saumon tartinée de la main droite et collez le côté tartiné sur la boulette de riz. Repliez votre main gauche comme pour tenir chaud à votre sushi... Avec vos trois doigts du milieu de la main droite, pressez sur le saumon.
Normalement, si je me suis bien expliquée, vous devriez avoir un sushi qui tient à peu près la route. Et bien entendu, vous renouvelez l'opération pour le reste, hein ?
Voilà, mettez un peu au frais si le riz était tiède, et puis mangez en trempant dans de la sauce soja, ou nature, après vous faites ce que vous voulez, je ne serai plus là pour contrôler.

J'ai d'autres recettes dans ma musette, le saviez-vous ?
(Je suis bonne à marier, disais-je hier au téléphone à un homme dont je ne citerai pas le nom, pleine d'espoirs et de sous-entendus, et il m'a rit au nez... Encore un qui n'a pas goûté mes sushis !)
Par exemple, cet été j'ai fait la cuisine à une dizaine de personnes, tous les jours pendant quinze jours... Et en plus, j'ai dû aussi assurer la bouffe pour l'anniversaire de ma mère, 60 personnes à nourrir pendant trois jours... Et j'en redemande ! Et eux aussi !
(Il faut dire que j'avais craqué pour le plombier qui travaillait dans le cabinet de toilette qui donne dans la cuisine... Ca m'arrangeait bien de passer du temps dans le coin. Non, pas polonais. Ariégeois. Et bassiste...)

Bonne bouffe !



2 commentaires:

BT a dit…

C'est curieux ça : le résultat de tes recettes conduisent toujours au cabinet de toilette ;p

(je me demande bien qui pouvait être cet homme qui reste sourd à tant d'indécentes propositions, hein la passante du sans sushis!)

louise miches a dit…

C'est toujours le même principe de présentation : faire supposer le pire pour ensuite ne pas pouvoir décevoir...

T'en fais pas pour cet homme : rien qu'un goujat !...