dimanche 7 septembre 2008

Parlons sexe : all good !

Et plus précisément du... :





Bon, voilà qui est introduit !
Mais aujourd'hui, le Docteur Miches va se pencher en particulier sur ce phénomène fascinant et ô combien excitant qu'est l'érection.
Voici à quoi ressemble un pénis au repos :



Et maintenant, en érection :

Bon, je ne vais pas m'attarder sur la différence, je crois que c'est clair pour tout le monde (il est plus facile d'enfiler une capote sur la deuxième photo...).
Sur le mécanisme non plus, on va pas en écrire des kilomètres : nous sommes tous adultes et vaccinés. Sur le schéma, les endroits représentés avec des petits points qui entourent l'urètre sont des corps "caverneux" et "spongieux" (c'est pas très sex, la biologie...), qui sont parcourues de petites veines. Sous l'effet d'une excitation de nature sexuelle, le coeur bat plus vite, le sang afflue dans l'organe en question, et une petite valve, à la base du pénis va se refermer pour emprisonner tout ce sang à l'endroit qui nous intéresse aujourd'hui (pas que).
J'ai lu aussi que cette petite valve s'ouvre et se referme légèrement pendant l'érection pour renouveler le sang et lorsqu'elle ne fonctionne pas correctement, on a affaire au fameux priapisme (érection continue et douloureuse).
Une érection sert majoritairement à avoir un rapport sexuel (plus rarement à porter une boîte de macédoine de fruit, private joke) et mène à l'éjaculation.
Toutefois, entre ces deux étapes, le pénis sécrète un liquide pré-éjaculatoire.
Ma maman me disait toujours : "Ma petite Louisemiches, le coït interrompu ça ne t'empêchera pas de tomber enceinte, tu sais ? à cause du liquide pré-éjaculatoire. Fais comme tout le monde et mets donc un préservatif..."
Or, il s'avère que l'on m'aurait menti, car certaines études montrent l'absence de spermatozoïdes dans ce liquide. Ou alors à très faible dose, ce qui s'expliquerait par des spermatozoïdes frileux qui sont restés dans l'urètre.
Car l'homme a cette jolie particularité d'éjaculer par le même canal (l'urètre, donc) qu'il urine. Le liquide pré-éjaculatoire aurait donc pour fonction de nettoyer l'urètre de toute substance présente dans l'urine qui pourrait attaquer les précieux spermatozoïdes. En plus, c'est un liquide qui a l'avantage d'être très doux sur les doigts et de lubrifier le prépuce et le reste, on ne va donc pas cracher dessus.
("Oui ma petite Louisemiches, mais tu mettras un préservatif quand même, hein ? ce liquide peut-être porteur de maladies et j'ai pas envie d'avoir la charge de ma fille handicapée toute sa vie" - Oui, maman.")
Bon ensuite l'éjaculat fait tout un parcours depuis les testicules jusqu'à l'extrémité de l'urètre passant notamment par la prostate pour s'enrichir de liquides divers et variés ayant différentes fonctions, comme celle, très importante, de maintenir les spermatozoïdes en vie car ces chochottes ont une fâcheuse tendance à mourir quand elles sortent de leur milieu naturel. Au final, on obtient le sperme, substance riche en vitamines diverses (C, B12), en sels minéraux (calcium, magnésium...) et qui contient même des sucres. Bon appétit.

En fait, si je me tape l'écriture de ce post pas très marrant, c'est que le prévenant BT, compatissant à ma situation, m'a envoyé un mail (signé du pseudo Justin Bridoux, qui n'a trompé personne...) contenant ce lien pour me dire que ce que je vivais était vraiment scandaleux, même les paraplégiques ont droit à l'orgasme !

En clair, il est dit que, de même que les paraplégiques peuvent vivre leurs Jeux para-olympiques (on en a soupé tout l'été aux infos, et quand il y en plus, yen a encore !...), ils peuvent aussi avoir un para-orgasme. Car si l'érection ne pose pas de trop de problèmes, en revanche il est beaucoup plus difficile pour eux d'avoir une éjaculation, et donc un orgasme (dixit l'article).
Or, au temps de ma folle jeunesse, j'eus un amant célèbre qui pouvait bloquer son éjaculation sans pour autant renoncer à l'orgasme (non mais vraiment, dit comme ça, la biologie c'est vraiment pas sex...). D'où mes questions sur le rapport entre orgasme et éjaculation chez l'homme.
Après recherches, il s'avérerait que ce rapport n'est pas systématique. Dans certains cas d'éjaculation précoce, l'orgasme peut être absent. Il est aussi possible en retour d'avoir des orgasmes sans éjaculation.
Cela peut être pathologique, et on parle alors d'éjaculation rétrograde : le sperme est redirigé vers la vessie (car l'urètre est bouché, ou trop contracté pour laisser passer le sperme).
Ou bien cela peut être volontaire et provoqué, et on parle alors de techniques orientales qui se diffusent en Occident par des stages très chers organisés par de pseudo-gourous et ça peut être dangereux (j'ai perdu le lien vers l'article de Wikipedia qui en parle en ces termes, mais faites-moi confiance, je résume fidèlement).
Il s'agirait donc d'injaculation, obtenue en pressant fortement un point situé derrière le scrotum et en-dessous de l'anus. Il faut trouver exactement le bon point et ne pas oublier de le presser assez tôt justement pour éviter l'éjaculation rétrograde.
Mais je reste tout de même septique.
Cette technique est louée car elle permettrait à l'homme de pouvoir avoir de nombreux orgasmes (vous n'êtes qu'une bande d'envieux) mais aussi de pouvoir continuer le rapport sexuel jusqu'à plus soif (car le pénis et son propriétaire n'auraient pas besoin de phase de récupération longue -au-delà de quelques secondes).
Mais je demande à voir.

Bref, ce que je retiendrai de ces folles recherches c'est que la sexualité chez les êtres humains est beaucoup moins marrante à étudier que celle des animaux...
Saviez-vous que l'homme était un des seuls mammifères à ne pas avoir d'os dans le pénis (donc de ne pouvoir le rétracter dans son corps, pour le protéger) ? En revanche, une fracture du pénis est possible, lorsque celui-ci est en érection.
Saviez-vous que les reptiles avaient deux pénis ?
Saviez-vous que chez les marsupiaux, le pénis se divisait en deux vers le bout ? Certains tarés (des hommes) se font "subinciser" le pénis, pour des raisons de tare mentale ou des raisons d'ordre rituel : rendre hommage aux kangourous, imiter la menstruation (en rouvrant la cicatrice) lors de certaines cérémonies, etc. J'ai même trouvé une jolie photo. Enjoy :



On peut voir aussi cette pratique comme une manière de communier avec la femme, l'union des deux sexes : au-delà du genre, l'être humain, en somme.
Mais je maintiens que lorsqu'on arrive à ce genre de mutilation, c'est de l'ordre de la tare mentale :



Bref, maintenant je n'ai plus faim et pour vous dire, ma libido s'est drôlement calmée, d'un coup.

3 commentaires:

Stéphanie a dit…

Chère Louise,
Je prends un peu de temps ce soir pour rédiger un commentaire digne de ce nom.
D'abord, sachez que je consulte régulièrement votre blog avec plaisir, et tout particulièrement lorsque vous nous offrez des textes de cet acabit(te) - oups, ma langue a fourché.
En revanche, si je puis me permettre une suggestion, qui sera, j'en suis sûre, appuyée par mes camarades qui vous lisent sur leur lieu de travail (Rumeur, j'attends ton coup de fil): serait-il envisageable d'ajouter aux posts les plus sensibles (j'entends surtout par là ceux qui comportent des visuels explicites)une sorte d'icône/bouton/pastille qui fonctionnerait comme un avertissement pour le lecteur. Le genre d'avertissement qui ferait patienter jusqu'au retour à la maison pour vous lire... Enfin bref, je croise les doigts pour que personne au travail n'ai remarqué ma confusion en venant visiter votre blog ce matin...
Mille mercis
P.S. : Vous prévoyez le même genre de reportage sur l'orgasme féminin ?

louise miches a dit…

Step on me,
Sachez que je partage presque tout de vos sentiments.
Oui, moi aussi j'attends un coup de fil de ta Rumeur, aka Jay, et s'il pouvait m'envoyer la photo avec la boîte de macédoine, eh bien je la publierai volontiers.
Et non, je ne mettrai pas de pastille, car j'adore faire saliver mon voisin mateur qui me mate par la fenêtre quand je surfe sur des sites de cul pour trouver des photos d'érection, et cette joie est un bienfait que je veux faire partager à tout le monde.
Je ne pense pas m'intéresser un jour à la théorie de l'orgasme chez la femme, il est entouré de beaucoup moins de mystère, voyez-vous.
De plus, en bon sociologue, je suis consciente qu'il faut d'abord aller sur le terrain, alors peut-être, lorsque je possèderai bien la pratique...

Sachez chère Step, que je suis honorée que vous posiez vos beaux yeux vert d'eau sur mes modestes mots et que je vous lis avec autant de plaisir (sauf que vous ne tenez pas de blog, mais tout arrive) (hein, Xuc ?).

LM.

PS : je me demande bien quelle photo t'a émue ?

draleuq a dit…

Tu restes septique alors ? Comme la fosse ? ;))
Dis donc, ça devient porno par ici, pô bien.
Va falloir que je vienne encore plus souvent.