lundi 18 juin 2007

le jeu du texte caché

J’ai trouvé une nouvelle idée de jeu les copains !
(Enfin, en vrai, c’est à
Tant-bourrin que je la pique…)
Donc, je résume le principe : sur le modèle d’un poème très connu (et j’ai choisi ici "Déjeuner du matin" de Prévert, extrait de Paroles, faisons dans le classique), on remplace les substantifs (les noms communs, quoi) par ceux d’un autre texte.
Et le jeu, évidemment, est de retrouver quel est cet autre texte.



Voici d’abord le poème original :

Il a mis le café
Dans la tasse
Il a mis le lait
Dans la tasse de café
Il a mis le sucre
Dans le café au lait
Avec la petite cuiller
Il a tourné
Il a bu le café au lait
Et il a reposé la tasse
Sans me parler
Il a allumé
Une cigarette
Il a fait des ronds
Avec la fumée
Il a mis les cendres
Dans le cendrier
Sans me parler
Sans me regarder
Il s’est levé
Il a mis
Son chapeau sur la tête
Il a mis
Son manteau de pluie
Parce qu’il pleuvait
Et il est parti
Sous la pluie
Sans une parole
Sans me regarder
Et moi j’a pris
Ma tête dans ma main
Et j’ai pleuré.


Et voilà maintenant le texte modifié. C’est facile, j’ai scrupuleusement respecté l’ordre des substantifs du texte caché, leur genre et leur nombre.
Je vous dirai bien que le premier qui trouve a gagné toute ma considération, mais c'est trop facile, alors disons que celui qui ne trouve pas a un gage : par exemple, me faire un résumé commenté des commentaires des principaux membres de tous les partis politiques représentés à l'Assemblée suite au résultat des législatives de dimanche...


Il a mis le jeune homme
Dans les choses
Il a mis le ton
Dans l’exemple de monsieur
Il a mis le nez
Dans la tasse au hanap
Avec le petit roc
Il a tourné
Il a bu le pic au cap
Et il a reposé le cap
Sans me parler
Il a allumé
Une péninsule
Il a fait des capsules
Avec l’écritoire
Il a mis les boîtes à ciseaux
Dans les oiseaux
Sans me parler
Sans me regarder
Il s’est levé
Il a mis
Son perchoir sur leurs petites pattes
Il a mis
Son monsieur de vapeur
Parce qu’il pleuvait
Et il est parti
Sous le tabac
Sans un nez
Sans me regarder
Et moi j’a pris
Mon voisin dans mon feu
Et j’ai pleuré.


Alors ? alors ?

Je trouve que Prévert se prête assez bien à ce genre d’exercice (à cause d’Inventaire), mais on peut imaginer un autre texte… Je vais voir.

3 commentaires:

Xuc a dit…

Je crois que personne n'osera répondre tant c'est fastoche du cul...

Ceci dit marrant ton jeu !

jay a dit…

J'aime bien ce jeu, en plus j'ai des chances de gagner...

Celui-là je l'ai sur le bout de la langue, il me semble que ça a été adapté au cinéma avec Gros Depardieu et à un moment il dit "tais-toi Christian"...

Mais c'est bien sur ! C'est Astérix avec son pote Clavier !

louise miches a dit…

il était pour toi celui-là, Jay !